Xavier présente son jeu de rôle : Géranium RPG

Voix d’Altaride 16 – Peut-on tout jouer en jeu de rôle ?

Pour ce 16e épisode des Voix d’Altaride, nous nous sommes demandé si on pouvait tout jouer en jeu de rôle. Est-ce que tous les thèmes peuvent être abordés en jeu de rôle, est-ce que tous les thèmes devraient être abordés en jeu de rôle ? bref, peut-on tout jouer en jeu de rôle ? Si vous êtes un auditeur régulier des Voix d’Altaride, vous devez vous douter de notre réponse instinctive sur le sujet (je vous renvoie par exemple à l’épisode 12 sur le contrat social).

Pour en discuter, Sandra, Xavier et moi recevons deux invités : Coralie David et Jérôme Larré, Brand. Après les avoir quelque peu cuisinés sur leurs projets actuels nous entrons de le vif du sujet pour un échange passionnant. J’espère que cela vous plaira autant qu’à nous. Le tout a été enregistré par skype, le son est assez inégal, j’espère que vous nous en excuserez. De toute façon comme à chaque problème technique c’est la faute de Xavier et de son géranium.

Flash spécial :
Depuis l’enregistrement du podcast, Les éditions Lapin Marteau (Jérôme Larré et Coralie David) ont lancé le projet « sortir de l’auberge » sur Ulule. En quelques heures l’objectif initial a été dépassé et les différents paliers envisagés ont été débloqués. Mener des parties de jeu de rôle, la boite à outil du meneur de jeu et jouer des parties de jeu de rôle verront bien le jour en 2016. Un nouveau pallier a été ajouté pour offrir des versions numériques des ouvrages aux souscripteurs. J’ai demandé à Jérôme Larré s’il avait un message à transmettre à nos auditeurs à propos de la campagne Ulule et voici ce qu’il m’a dit :

« Dix jours après l’enregistrement, et donc après le départ de la campagne dont nous parlions dans l’enregistrement, on est tout bonnement ravis de l’enthousiasme rencontré. On a passé des années à s’entendre dire que ce genre de publications n’avaient pas d’avenir ou ne servaient à rien. On l’entend encore régulièrement. Ce n’est donc pas une mince satisfaction que de voir qu’il y a tant d’autres personnes qui pensent comme nous et de se dire qu’on pourra  donner à cette « trilogie » la forme que nous souhaitions. « 

Dans un tout autre registre, le prochain épisode des Voix d’Altaride marquera notre premier anniversaire. Et pour fêter cette première année de podcasts réguliers, nous sommes en train d’organiser un enregistrement en public ! Plus d’infos prochainement.

Liens
La collection Sortir de l’Auberge de Lapin Marteau et son financement participatif, qui a dépassé toutes les espérances en quelques jours.

Les jeux
Les secrets de la septième mer, cyberpunk, dungeon world, bluerose, breaking the ice, hot guys making out, romance érotique, monsterheart, dream askew, deadland…

Coups de Coeur/Coups de Gueule
Sandra : Harlot table du DMG / Jeux de rôles dérangeants…
Xavier :  The mission / les réactions à la violence
Coralie : Nightwitches / rien
Jérôme : The first fantasy campaign / rien
Julien : Jessica Jones / Financement participatif inquiétant

Comment nous retrouver ?
Retrouvez Coralie sur cette conférence du colloque des 40 ans du jeu de rôle, et sur le site des éditions Lapin Marteau.
Retrouvez Jérôme sur son blog : Tartofrez et sur le site des éditions Lapin Marteau.
Retrouvez Sandra sur son blog : Darkginger.
Retrouvez Xavier autour d’une table de jeu, à Nantes ou à Paris, et sur cette conférence du colloque des 40 ans du jeu de rôle.
Retrouvez moi ici ou suivez l’évolution lente de Divergence, mon principal projet de jdr, sur le sénat des architectes.

Retrouvez enfin les Voix d’Altaride sur facebook, sur google +, sur twitter (@Voixdaltaride) et n’hésitez pas à nous écrire : voixdaltaride(at)cendrones.fr.

Le générique est de Julien Morgan.

13 réflexions au sujet de « Voix d’Altaride 16 – Peut-on tout jouer en jeu de rôle ? »

    1. Il se trouve qu’il y a des personnes qui m’ont contacté pour me remercier de porter cette parole sur le combat en GN … D’autre part, quand je parle de GN dans le podcast je ne prétends pas parler du GN en général mais de mon ressenti. C’est éminemment subjectif. Je suppose que si le combat a pris la forme qu’il avait dans les GN que j’ai fait, c’est pour des raisons de sécurité d’une part mais aussi parce que le combat sous cette forme satisfait les gens qui le pratique. Ce n’est en aucun cas un jugement de valeur de ma part mais bien du niveau du « j’aime/j’aime pas ». Pour clarifier les choses un peu plus, j’adore discuter avec des GNistes. J’aime leur implication, leur passion et la qualité des réflexions sur leur pratique. Je ne rate jamais une occasion de discuter avec eux. Il est très intéressant de transposer leurs réflexions au JdR sur table. Malheureusement et après avoir essayé avec insistance, mon intérêt pour le GN s’arrête là. Une dernière chose enfin, j’invite tous les auditeurs des voix d’Altaride à faire du GN s’ils en ont l’occasion et à surtout ne pas s’arrêter à mes délires de vieux guerrier 🙂

    2. Au contraire, je trouve que Xavier pointe très justement une des principales caractéristiques du combat en GN classique et explique bien pourquoi ce n’est pas satisfaisant pour lui.

      Ce qu’il décrit est assez représentatif du combat de GN méd-fan pratiquée en francophonie, avec toutes les dérives « touche-touche-tap-tap-mitraillette » que ça peut avoir. Il y a d’autres approches, avec le même matériel et les mêmes règles de sécurité, par exemple le focus sur le « beau geste » en Allemagne, ainsi que leur tradition de lutte improvisée et consensuelle: oui on se fritte à main nues, mais sans porter les coups et assez lentement pour que l’autre puisse réagir, ce qui compte c’est le fun et le look, pas la victoire.

      Certains ricains ont des armes beaucoup plus épaisses, molles (et moches) et donc peuvent y aller à fond dans la vitesse et l’impact (estoc, tir à la tête etc). L’esthétique de l’objet est vécue comme moins importante que son utilisation.

      Certains jeux nordiques portent vraiment les coups à mains nues dans certains cadres consensuels pré-définis, types match de boxe etc. Et les Russes tapent avec des armes rigide comme indiqué dans le podcast.

      En France il y aussi la version catch, que j’ai testé dans le GN Lords of the Ring: 4-5h de cours de catch et après on se projette en vrai, les coups sont « du chiqué », mais l’acrobatie est bien réelle. Ou la version « adresse et rapidité » à mains nues, testée sur Afroasiatik, où il faut attraper des rubans accrochés aux poignet de l’adversaire, très cool pour faire des arts martiaux sans impact.

      Après il y a la question du combat à distance moderne, et pour avoir testé les Nerfs, les flingues infra-rouges et le paintball, chacun apporte des forces et des faiblesses spécifiques (dans le cas du paintball, il ajoute clairement la douleur dans l’équation).

      Bref, vaste sujet, il y a plein de manière d’envisager le combat en GN, tout est affaire d’intentions créatives, de priorités, de contrat social, comme d’hab’ quoi 🙂

      1. Sauf que limiter le GN à des combats (surtout comme argument pour le critiquer) c’est malhonnête…

        Si ce n’est pas suffisamment clair, c’est comme si quelqu’un se plaignait, durant 20 minutes à base de
        « Le JdR, c’est vraiment un truc d’autistes : il faut absolument des D30. Tu sais pas comme c’est galère à trouver des D30. Quand j’ai proposer de simuler ça avec un D6 et un D10 je me suis fait traiter d’hérétique.
        Bref, si vous aimez les D30, allez-y, mais très peu pour moi, je reste sur les jeux de plateau. »

        1. Tu prêches à un convaincu sur la question de l’importance facultative du combat en GN: j’ai fait 12 ans de GN dans 3 pays différents avant d’en faire un qui contenait des armes en latex. C’est comme les rôlistes qui bloquent sur le fait de porter des costumes méd-fan et à qui il faut rappeler que le contemporain ça existe 🙂 .

          Mais si:
          – les combats sont très importants pour quelqu’un (indice: « j’aime bien la bagarre »)
          – et cette personne veut y passer une proportion importante de son temps de loisir ( indice: « 20 ans d’arts martiaux »)
          – et des combats avec vraie douleur, vrais impacts et vraie vitesse sont importants
          …je comprends tout à fait le blocage. D’autres loisirs font ça bien mieux que le GN francophone.

          Après, le GN fait plein d’autres trucs plus intensément que le jdr sur table, c’est évoqué dans cet épisode et dans [Autopromo] celui de Ludologies où je déblatère sur le sujet: http://ludologies.tumblr.com/post/132348766003/19-joue-avec-ton-corps

          1. T’as bien raison sur l’autopromo il est super ce podcast ! Je trouve passablement étonnant de se focaliser sur cet aspect du discours de Xavier, mais soit. Personnellement j’ai toujours détesté le combat de GN, peut être parce que je n’aime pas la bagarre. Peut être aussi parce qu’en combat de GN je ne peux pas utiliser ce qui me sert à éviter le combat en général : ma présence physique. Je suis plutôt grand, plutôt fort (dans tous les sens du terme) et j’ai toujours eu l’impression qu’en GN c’était loin d’être un avantage pour ceux qui veulent se fritter (parce que je ne suis pas très vif). Mais ça ne m’empêche pas d’apprécier le GN quand j’en fait. Les meilleures expériences sont d’ailleurs sur des GN sans combat (comme l’espresso connection d’Urbicande libérée, un GN mafia ambiance film des années 80).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *